Interview Comédien N. Lily à PARIS - Paris


1. Qu’est-ce qui t’a poussé à faire du théâtre ?

J’étais une enfant très mal dans sa peau. Calme, méfiante et craintive. Cependant, de temps en temps, il m’arrivait de faire rire mes amis à l’école, d’être momentanément l’inverse de cette petite fille réservée. Des fois même, je jouais dans la cour de récré des sketches que j’avais vus auparavant.J’ai mis beaucoup de temps à comprendre que j’aimais, en réalité, me donner en spectacle. Être vue, entendue, faire du bruit, faire rire… En clair, m’éloigner de la petite gamine apeurée de tout et de rien. J’ai d’abord pensé que la musique pouvait m’aider à exorciser tout ça, j’ai donc commencé à jouer du piano. J’ai continué pendant une bonne dizaine d’années, et lassée par les examens et la formation trop scolaire, j’ai arrêté les cours de musique et de solfège. Aux alentours de mes 14 ans, j'ai dit à ma mère que je voulais prendre des cours de théâtre. Elle m'a alors inscrite à un atelier de théâtre pour adolescents non loin de chez moi. Dès le premier cours, cela a été une véritable révélation. C’était mon second chez-moi. Je me sentais tout simplement bien. Les rôles que l'on m'attribuait avaient très peu de points communs avec moi, et c'est cela qui m'a plu! En même temps que je découvrais le monde de la comédie et de l’art dramatique, je me suis découverte moi-même. Depuis, je rêve d’en faire mon métier !

2. De qui ou de quoi t'inspires-tu pour jouer ?

Je m'inspire de quelques actrices, acteurs ou films de temps à autre mais souvent, je préfère m'inspirer de ce que j'ai vécu. Par exemple, si je dois jouer une serial killer, je penserais à toutes les fois où j'ai voulu tuer quelqu'un, à la rage qui m'habitait à ces moments là. Je pense qu'on a tous voulu tuer quelqu'un sans pour autant le faire; c'est ça qui est super au théâtre et au cinéma : tout est possible, tant qu'on a conscience que c'est vraiment pour de faux. Mais au moins, on peut se défouler un peu !

3. Quel genre de films affectionnes-tu le plus?

La comédie! Rire est une des choses les plus importantes à mes yeux. C’est une des raisons pour laquelle j’ai voulu faire du théâtre : faire rire le public. Mais les professeurs de théâtre que j’ai eu se sont débrouillés pour me donner principalement des rôles inverses ! C’est une bonne chose, ça m’a permise d’élargir mes horizons d’interprétation. Sinon, pour revenir à la question, j’aime aussi énormément les films qui savent émouvoir et faire réfléchir. Je pense notamment à « Billy Elliot » de Stephen Daldry. C’est un de mes films préférés, grâce à l’injustice qu’il dénonce (les hommes n’auraient pas le droit de faire de la danse au risque de perdre leur virilité…) et la façon dont il remue l’esprit et le cœur à travers ce petit garçon talentueux et déterminé. J'aime énormément "American Beauty" pour sa sensualité et "American History X" pour son message marquant et la justesse du mélange entre violence et paix. Après, j’apprécie plusieurs genres cinématographiques. Tout dépend de la façon dont l'oeuvre est menée, jouée, filmée, etc… Il m'arrive souvent, quand un film ne m'intéresse pas assez, de chercher les petites erreurs de montage ou les faux raccords. Ce qui fait un « bon film », pour moi, peu importe son genre, c’est lorsqu’il nous permet d’oublier la réalité qui nous entoure et qu’il nous fait entrer dans sa réalité.

4. Dans quel(s) rôle(s) récent(s) pouvons-nous te voir ?

Il y a plusieurs petites choses. "Médiathèque", de Hélène Merlin et Sophie Galibert, un court-métrage disponible sur Vimeo. J'y joue une lycéenne dont le personnage principal masculin est amoureux. "Dipali", de Clémentine Isaac, un autre court-métrage tourné en 2013, disponible sur Youtube. Je suis encore une lycéenne qui accueille à contre coeur une nouvelle élève dans son établissement scolaire. "La Famille Millevoie", disponible également sur Youtube, est un programme court de France Télévisions, j'incarne une adolescente qui explique à ses parents ce qu'est le métier de verrière. Et en février 2016, "Peur de Rien" de Danielle Arbid a été à l'affiche pendant plusieurs semaines, un long-métrage où je joue Inès, une étudiante à la fac.

5. Des projets ?

Oui, mais tant que ce n'est pas signé ou même tourné, je préfère ne pas en parler !

Sinon, je me mets à poser pour quelques photographes, cela faisait longtemps que je voulais m'intéresser à la mode et au métier de modèle photo, et j'ai vécu de belles expériences jusque là, donc j'aimerais bien continuer dans cette voie là !
A côté, je travaille régulièrement de nuit dans un club parisien au centre de Paris, en attendant de pouvoir vivre de mes passions !