Interview Photographe A. Adelin à LYON - Rhône


1. Pourquoi ce thème rétro ?

Depuis 1982, date de création de ce thème, il me semble que plus le temps passe, plus l'effet "rétro" semble important. A l'époque c'était naturel de porter ce type de vêtements, et l'originalité était sur le fait de faire une séance sous la pluie, plus que de porter un ciré.
Les temps changent, et l'intérêt de cet imperméable attire de plus en plus, parceque qu'il est brillant surement, et parceque l'on en voit plus dans nos rues.

2. Que voulez-vous montrer ? des cirés ?

Pas seulement, surtout l'expression du modèle quand il reçoit l'eau. Le fait qu'elle porte un imper brillant donne un plus à l'image, a mon avis.
C'est aussi son attitude, sa façon de le porter.
Et aussi l'effet de l'eau.
Une projection d'eau est toujours inattendue, et la façon dont l'eau est capturée à l'image peut-être amusante.

3. Quel est le but de ce thème "Cirologie" ?

Montrer l'inattendue d'une situation, et la façon de réagir.
Je souhaite seulement que celui qui regarde mes photos ait un petit sourire en regardant mes images.
Cirologie est né d'un poison d'avril, c'est une fantaisie, il n'y a rien de professionnel, même la prise de vue et qualité des images ont un style qui dérange un peu la profession, mais en tant qu'amateur je reste libre de présenter mes projets comme je le veux.
Mes modèles semblent s'amuser, et ceux qui regardent les images ne se plaignent pas trop de mon exentricité, sauf quelques avertis, puritains de la photographie.
Je n'oblige personne a regarder mes photos.

4. Que vous manque-t-il ?

Des modèles, nouvelles et motivées, des idées nouvelles, des lieux de séances photos, de nouveaux modèles d'impers brillants avec de nouvelles couleurs, des lieux d'exposition, et bien sûr un éditeur, car pour le moment les albums réalisés sont à compte d'auteur.
Aussi une photographe qui réalise les clichés, j'aimerais voir l'oeil féminin sur ce sujet.
Et puis aussi des visiteurs, des avis, des critiques constructives, bref encore plein de choses pour que ce thème vive encore longtemps.

5. Certains, trouvent votre thème plutôt "borderline", que répondez-vous à cela ?


Ah ! l'anglicisme... Ne pourrait-on pas dire tout simplement "limite", restons Français, défendons notre langue.
Pour vous répondre, je suis "limite" pour celui qui regarde les photos et les interprète, c'est une façon de voir, le regard de l'autre diffère parfois, Cette vision n'est pas la mienne. Dès qu'il y a un ciré sur une photo, il s'agit de dépravation, de prostitution. Y'a bien que les Français qui voient cela, car ce vêtement n'est guère plus qu'un imperméable brillant. Il est vrai que le cinéma a souvent habillé les comédienne d'un vêtement brillant, pour un rôle souvent lié avec le sexe.
Ne peut-on voir autre chose ?
Il y a plein de gens qui regardent mes images et ne me disent absolument pas que je suis "limite", pour moi, c'est une intolérance. Pour certains, ne pas penser comme eux, c'est être anormal. Moi je respecte ces personnes, je comprends qu'elles peuvent ne pas aimer ce que je fais, c'est leur plein droit, mais qu'ils passent alors leur chemin, je n'oblige personne à regarder mes photos, que je sache.

6. La vision artistique qui pardonne tout ?

Je ne me considère pas comme un artiste, loin de là. Je ne pardonne pas tout, mais j'essaye d'être tolérant, vis à vis des autres. C'est tout a fait normal que mon thème ne plaise pas à tout le monde. Et j'aime bien les personnes qui ont le courage de le dire, mais je souhaiterais qu'ils proposent quelque chose, en me proposant de changer telle situation, telle prise de vue.
Souvent c'est l'attitude du modèle, qui donne cette impression, et je dois être très maladroit pour me pas corriger ces poses, mais c'est aussi voulu, parfois. Cela fait parti du thème, que de vouloir provoquer le désir. C'est le plaisir de regarder l'image, et comme je le dis souvent si le visiteur sourit à la vue de mes réalisations, c'est que cela est plaisant, j'en suis satisfait.