Interview Photographe F. Jef - Val-de-Marne


1. • Que recherchez-vous dans la photo?

Soit des points de vue particuliers lorsque je suis en figuratif, soit des expressions lorsque je travaille avec mes modèles. Mais dans les deux cas, j'aime la construction et la composition dans mes prises de vue. Notre œil est trop habitué et formaté. J'essaye, dans mes compositions, d'apporter un autre regard.
Pour ce qui est de mon travail avec les modèles, j'aime susciter de réelles expressions. J'ose le dire, les poses mannequins glacées qui regardent dans le vide m'ennuient souvent… Je recherche donc le regard de mon sujet, et je "l'écoute" me parler, avec ses yeux, avec son corps. Et je capture l'instant. Pour tout vous dire, même dans mes shootings de mode, je dois reconnaître que je m'intéresse souvent plus à mon modèle qu'à ses vêtements. Et il m'est arrivé d'avoir un peu négligé dans mon cadrage la super paire de chaussures de mon mannequin qu'elle avait spécialement choisie, dommage!...

2. • Et quels domaines de prédilection pour tout cela?

Je suis toujours en mouvement, et j'essaye d'attraper le vent comme dirait un fidèle ami … Je suis un esthète (mais comme tous les photographes il me semble...) et entre l'art, la nature et la diversité humaine, c'est une quête sans fin. J'ai la chance de photographier pour le plaisir, je ne capture que ce qui m'intéresse, libéré des contrats et obligations mercantiles.
Mais pour ce qui est de mes préférences, j'adore tout particulièrement le travail des lignes; qu'elles soient droites, courbes, infinies ou brusquement cassées, voire stoppées net. L'archi en tant que tel, je sais bien que ça ne va pas passionner la majorité, mais ce dont je parle là, je l'applique de la même façon au corps humain. Et si j'aime la beauté de certaines courbes, j'ai une prédilection pour les ruptures, les confrontations et les contrastes.
Quand on regarde bien, les lignes sont partout et structurent notre environnement.
J'aime jouer avec.

3. • Vos plus belles expériences?

Je dirais avec mes modèles. Il faut bien réaliser que l'exercice photo que l'on pratique est une expérience particulière. Le modèle doit vous faire confiance à la base, et se livrer à vous dans ses poses. Et c'est une partie de notre job que d'y répondre le mieux possible. Quand la séance est bien préparée, il s'établit alors une relation positive unique, réciproquement enrichissante, que je ne pense pas pouvoir égaler par ailleurs, même avec la plus belle œuvre qui me soit présentée sous les yeux. Parmi les modèles avec qui j'ai travaillé, ne me demandez pas de choisir, elles sont toutes uniques et admirables. Par contre, je peux vous donner un exemple à part; prenez ma série White model que j'affectionne particulièrement. Ce n'est qu'un mannequin de résine, mais voyez ce qu'on peut lui faire dire. Vous partez d'un visage, vous l'éclairez, vous composez, et vous arrivez dans un autre univers. C'est ça qui est unique. Vous donnez l'impulsion, et votre modèle vous fait voyager, vous pourrez y trouver ce que vous voulez.

4. • Ok. Mais pour inviter au voyage, votre page d'accueil est un peu austère et succincte non? Pensez-vous que cela va attirer la foule?

Ce n'est pas délibéré; elle est venue comme ça, crée d'un premier jet. Il faut croire qu'elle est sincère donc.
J'y ai mis ce qui paraissait l'essentiel de ma démarche. De là à ma qualifier d'austère, pas d'accord!
Pour ce qui est de la foule, bien sûr, mettez un portrait de nu en vignette, et vous multipliez par 10 les clics vers votre page. Mais je ne fais pas de la photo pour m'installer un compteur de visiteurs. Je me contenterai de m'en remettre à leurs appréciations.
Si mes sujets et mes modèles plaisent (et merci à elles au passage…), et bien que la foule vienne!