Interview Photographe L. Joël à Marseille - Bouches-du-Rhône


1. Comment se passe la prise de contact avec toi ?

Mon travail me prend beaucoup de temps. Je ne suis que peu disponible, du coup il peut se passer pas mal de temps du premier contact jusqu'au shooting. Durant cette période, je suis tout à fait ouvert à la discussion par mail, par téléphone ou même autour d'un verre selon l'endroit. J'ai à coeur de ne pas arriver en parfait inconnu devant ma modèle. Je privilégie l'échange qui, même si il ne parle pas forcément toujours de photo, mène à mieux connaître la personne avec qui l'on partagera ce moment. Pour moi, il faut avant tout que l'on se sente bien avec moi avant de pouvoir faire quelque chose.

2. Et... Après le shooting ?

Après le shooting, je trie les photos puis crée une galerie en ligne, accessible avec mot de passe uniquement, que je transmets à mon modèle pour aperçu. Une fois validées, je recrée la galerie avec les photos définitives en haute définition.Ah oui...! Je fais toujours signer un petit contrat avant la séance, que j'aurai établi en aval avec mon modèle. Comme ça, tout est écrit et vous pouvez aller l'âme en paix. :-)

3. Pourquoi te spécialiser dans le boudoir et le mariage ?

Après quelques années passées à faire de la photo de reportage, j'ai souhaité changer un peu façon de traiter la photo. Bien que le mariage puisse être abordé comme un reportage, les photos de boudoir vont m'amener à en apprendre davantage sur la photo. Il faut savoir travailler avec un modèle, pouvoir la mettre à l'aise, gérer la lumière. Il y a une réflexion plus élaborée que dans le reportage où l'on travaille toujours sur le vif. C'est cette envie de "nouveau" qui me forcera à me remettre en question, à apprendre petit à petit, qui me permettra de pouvoir redécouvrir ma passion à nouveau, vue sous un autre angle.

4. Peut-on avoir autre chose que des fichiers de la séance ?

C'est même le but ! Pour moi, un photographe n'a vraiment fait son travail que quand le modèle ou le client a quelque chose de matériel entre les mains. Un fichier n'est plus "rien", à l'heure du tout numérique. Comme un peintre peint sa toile, un photographe imprime une photo avec autant de soin qu'il fait la prise de vue. C'est pourquoi j'attache une attention toute particulière aux produits que je peux fournir. Je fais faire mes albums et mes tirages par l'une des entreprises les plus renommées au monde afin de fournir quelque chose de personnalisé et d'exceptionnel, quelque chose d'unique. Mon but est de laisser un souvenir et de raconter une histoire, au lieu d'être un simple "moment passé".